Menu

École de Kinésiologie et Méthodes Associées

35, Chemin Gigot - 91250 Saintry Sur Seine

01.60.75.54.68

Être rappelé(e)

Du lundi au vendredi : 9h00 - 17h00

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Comment la kinésiologie a bouleversé ma vie - Extrait du livre de Christophe Dominici "Bleu à l'âme"

Comment la kinésiologie a bouleversé ma vie - Extrait du livre de Christophe Dominici "Bleu à l'âme"

Le 23 août 2018
Comment la kinésiologie a bouleversé ma vie - Extrait du livre de Christophe Dominici

Christophe Dominici, la star du rugby français raconte comment la kinésiologie a changé sa vie dans son livre "Bleu à l'âme"

Christophe Dominici : Comment la kinésiologie a bouleversé ma vie .......

La kinésiologie n'était pas très répandue à l'époque (1998). Son père, ancien kinésithérapeute, était pratiquement le seul à exercer cette discipline à plein temps dans le Sud-Est.

Marion m'expliqua brièvement en quoi cela consistait : "c'est une technique d'équilibration émotionnelle et énergétique du corps par le test musculaire. Cela sert à évacuer le stress lié à des émotions, parfois très anciennes, et cela permet d'éliminer les barrières qui empêchent d'avancer, de mieux se comprendre, d'enlever les doutes, les angoisses.".

Aussitôt, je demandai à Marion de me mettre en rapport avec son père. Le lendemain, après un bref échange téléphonique, elle m'accompagna jusqu'à la porte de son cabinet et me laissa seul : "une consultation, c'est privé" me dit-elle.....

« Monsieur, en quoi puis-je vous aider ? me demanda Pierre « Je veux guérir mon épaule, arrêter de fumer et je veux participer à la Coupe du monde de rugby » Nous étions en octobre 1998. « Je ne vais pas pouvoir vous aider, me répondit-il.
  Pourquoi ?
  Les grands costauds sur un terrain de rugby, c’est impressionnant, non ? Ca ne vous fait pas peur quand vous êtes en face, vous qui êtes tout petit ? » Le type s’engouffrait tout de suite dans ma fragilité. Il me demanda de me décontracter et de m’installer plus confortablement sur ma chaise. En tenant mon poignet, il ajouta : « A l’âge de 14 ans, que vous est-il arrivé ? « j’ai perdu ma sœur ! » Cette révélation provoqua un véritable déclic qui allait engendrer entre lui et moi une relation hors du commun. Bien que bouleversé, je décidai de poursuivre cette première séance.

De séance en séance, tout en interrogeant mon corps par le test musculaire, Pierre (Césano) obtenait les réponses à ses questions. Ou plutôt "mes" questions. L'esprit ment, mais le corps exprime sa vérité. Nous sommes de formidables machines, tout notre vécu est inscrit dans nos muscles. Un muscle sous stress "déverrouille", c'est-à-dire qu'il n'a plus aucune force. Il ne tient plus.

Quand il le touche, et que le muscle tient bon, le kinésiologue assimile cela à une réponse "oui" ; et quand le muscle se relâche, la réponse est "non". Le kinésiologue énumère : "A quel âge a commencé votre stress ? 1 an, 2 ans, 5 ans, ... 10 ans ?". Selon la réponse, le muscle se contracte ou se détend. Ce n'est pas de la voyance ! C'est une technique éprouvée, qui vient des Etats-Unis et qui n'a rien à voir avec la magie, ni le charlatanisme.

Il y a plusieurs origines au stress : physique, biochimique, psychologique. A un moment de stress très fort, le muscle a été tétanisé dans une certaine position, il y a eu fusion entre la position du corps stressé et l'émotion. Interroger le corps permet de retrouver l'émotion. Le kinésiologue aide le sujet à remettre chaque chose à sa place, le souvenir du corps d'un côté, l'émotion de l'autre. En les séparant (cela s'appelle une "défusion"), il libère le sujet de la gêne "physique" de son émotion, en passant par des points d'acupressure, utilisés par les chiropracteurs et les ostéopathes.

Le kinésiologue, en fait, accompagne le sujet dans l'exploration de son stress. La personne est toujours maîtresse d'elle-même, elle n'est pas sous hypnose. Simplement, s'il y a un nuage devant le soleil, le kinésiologue pousse le nuage ...

Pierre m'a permis de comprendre, par des techniques, des exercices, des discussions au téléphone, comment accepter mes bleus à l'âme, mes faiblesses, mes doutes, tout ce qui me faisait réagir avec violence ou m'abattait. Il m'a aidé à entendre et prononcer certains mots que je n'arrivais même pas à prononcer. Il a donné un sens à mes aspirations....

J'avais des doutes et des complexes par rapport à mes désirs de performance dans mon sport. Et les mots clés défilaient ainsi, mon corps révélant ses secrets : "Feu ?", "Terre ?"... Les réactions étaient diverses ; cela pouvait aller du fou rire à l'envie de vomir, en passant par les larmes, l'indifférence ou le malaise. Certains mots contiennent pour chacun d'entre nous leur lot de vulgarité, d'agressivité, de dégoût. Nos réactions indiquent à quel point ces mots nous taraudent. Le mot clé réveille souvent le passé, à un moment que votre mémoire a englouti. Le mot a disparu mais la cicatrice est toujours là, douloureuse. Et quand vous appuyez dessus innocemment ou bien que quelqu'un appuie dessus, vous réagissez, avec excès, sans comprendre pourquoi vous êtes tout d'un coup si fragile.

Imaginez une table basse, composée d'un plateau en verre posé sur deux solides piliers. Vous allez sans souci poser des livres, des DVD, amasser toutes sortes d'objets et, à un moment donné, vous allez poser une plume, une fleur, un simple stylo et tout va s'écrouler. Ce n'est pas le poids du dernier objet posé qui compte alors, c'est ce que vous avez accumulé jusque là.

A l'inverse, une bonne séance peut tout à fait désamorcer les mots qui blessent, les rendre anodins. Vous sentez alors une énergie nouvelle vous envahir, l'appétit revenir, la peur s'estomper. C'est comme une renaissance....

J'ai été très boulimique de ce travail effectué avec Pierre. .. De semaine en semaine, j'évacuais le trop plein de souffrances. Nous sommes même remontés à des douleurs éprouvées avant la mort de ma sœur. ...Curieusement, nous étions partis du rugby et en défrichant chaque étape de ma carrière, nous étions arrivés à tout ce qui touchait au sensoriel et au relationnel, mettant en évidence que c'était ce qu'il y avait de plus important pour moi, le rugby n'étant qu'un vecteur me permettant de vivre ces moments intenses et de me découvrir à travers les défis.

J'en suis arrivé à la conclusion que le sport de haut niveau m'avait permis de m'oublier pendant des années. Mais si je m'étais construit en tant que joueur de rugby, j'étais loin d'avoir atteint l'équivalent en tant qu'homme. Et surtout, je m'étais construit dans la douleur. Inconsciemment, de bagarre en rupture, je l'avais magnifiée. La douleur physique ne me faisait pas peur. J'avais appris à la dompter. Le "membre" qui me faisait le plus souffrir était celui que le destin m'avait arraché, ma sœur.

Le reste de mes douleurs n'était que des nœuds à défaire en essayant de bien me comporter dans toutes les circonstances de la vie.

Pierre me permit de le comprendre et m'encouragea à rattraper le temps perdu.... Il m'aida à me fixer des objectifs précis. Quand j'avais mal quelque part, là où un médecin m'aurait donné un traitement pour me soulager, Pierre m'aidait à aller chercher en moi ce que ce mal signifiait, ce qui l'avait déclenché. Quand je trouvais le lien, le mal disparaissait et j'avais la sensation de briller de nouveau.

J'avançais si vite dans cette voie que j'avais envie d'en faire profiter tous les gens que je connaissais, mais je dois avouer que l'accueil fut plutôt mitigé, aussi, je cessai peu à peu d'en parler et même de me mettre en colère quand quelqu'un s'exclamait : "c'est de la connerie !" alors qu'il n'avait même pas tenté une seule expérience dans ce domaine.

Grâce à Pierre, j'ai accompli un virage à 180°. Je n'étais plus la même personne. J'ai commencé à dialoguer plus facilement. Il s'est opéré en moi une véritable métamorphose dans mon approche de la vie. ... Par moments, grâce à ce travail je ressentais pour la première fois de ma vie ce qu'était la sérénité. Très difficile à obtenir, on pourrait décrire cet état sous la forme d'un équilibre parfait entre l'intérieur et l'extérieur, entre le corps et l'esprit. C'est une sensation intime qui se glisse dans votre quotidien, vous enrobe et vous apporte un apaisement, un détachement par rapport à ce qui habituellement vous contrarie ou vous irrite. Cela dure une dizaine de secondes, mais ce sont des instants marquants. "Ecouter, comprendre et être" me répétait Pierre. Ecouter ce que les autres ou votre corps ont à vous dire, faire l'effort de la réflexion sur ces données, puis grâce à ces informations, être dans ses comportements quotidiens fidèle à ce que l'on est à l'intérieur de soi.

(Après le décès de Pierre) .... J'ai repris les séances de kinésiologie avec Jean-Yves Becker à Bandol... J'ai vu un psychologue mais je n'en ai recueilli aucun bénéficie. Bien au contraire. Avec le psy, c'était un brasier qui envahissait tout mon être. On m'abreuvait d'informations dont je ne savais que faire, tandis que la kinésiologie éteignait les grandes flammes avant de diminuer le feu, pour enfin parvenir à le régler. J'ai pu prendre le contrôle de moi-même avec la kinésiologie, alors que chaque séance de psychologie m'embrouillait davantage....

Extrait de son livre "Bleu à l'âme" - Editions Le Cherche Midi (2007)

Actualités

Newsletter

Restez informés de nos dernières actualités

Besoin d’informations ?

Nous répondons à toutes vos questions

Contactez-nous

Plan d’accès

35, Chemin Gigot
91250 Saintry Sur Seine

Voir le plan