Ecole de Kinesiologie et Méthodes Associées Tél : 01.60.75.54.68 Fax : 01.60.75.14.94
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > LES QUELQUES QUESTIONS QUI NOUS SONT SOUVENT POSEES ....

LES QUELQUES QUESTIONS QUI NOUS SONT SOUVENT POSEES ....

Le 12 mars 2010

1.     Quelle population vient vers la  kinésiologie ? Formation ouverte à tous, nos étudiants viennent d’horizons très variés : mères de famille, informaticiens, médecins, infirmières, dentistes, secrétaires, etc. Le bagage scolaire importe peu, les qualités humaines  étant pour nous prioritaires par rapport à l’érudition ou au niveau d’études.

2.     Quelles sont les modalités pour se former ?

Au total, 600 heures de cours minimum sont nécessaires pour devenir professionnel. Nous programmons plusieurs sessions des 4 Unités de valeur de base par an : chacun peut ainsi établir son planning de formation en fonction de ses disponibilités. Une formule intensive d’une durée d’un mois environ regroupant les 2/3 du premier cycle est également prévue 3 fois dans l’année.

 

 3.     Peut-on faire de la kinésiologie sans connaître un peu de médecine ?

La kinésiologie n’a pas d’objectif médical, elle pose simplement la question : « Pourquoi attendre d’être malade pour décider d’aller mieux ? »

Elle développe la santé et limite ses indications aux petits maux qui perturbent la vie quotidienne sans la menacer : angoisses, mal-être, insomnies, fatigue, relations conflictuelles, douleurs chroniques, etc.

Les résultats sont également remarquables sur les difficultés d’apprentissage, pour les enfants comme pour les adultes.

 

4.     Quel est le profil requis pour exercer ce métier, compétences, qualités personnelles ?

Le stagiaire a de 20 à 60 ans. Avec un mental bien structuré et un intérêt illimité pour la nature humaine, il souhaite accompagner les autres dans la découverte des causes et des solutions à leurs problèmes.

L’intérêt et l’amour pour ses semblables le poussent à dépasser ses problèmes personnels pour porter son attention aux personnes qui lui accordent leur confiance.

 

5.     Quel statut juridique et comment est-on reconnu ?

Nos anciens élèves s’installent en libéral ou en auto-entrepreneur avec des charges très réduites , ce qui facilite leur lancement.

Sur le plan matériel, les frais d’installation sont quasi nuls.

 

 6.     Quelles sont les modalités : concours, formations ?

Afin d’éviter une scolarisation excessive de la kinésiologie, l’EKMA ne propose qu’un examen auquel le stagiaire  peut se présenter après avoir suivi les 600 heures de formation. Le succès à cet examen  sera seul pris en compte pour le titre de kinésiologue. 

 

7.     Quelles sont les possibilités d’évolution dans la filière du métier ?

Les besoins du public étant  liés au stress généré par la conjoncture sociale ou familiale, les potentialités de clientèle sont très importantes.

Le développement de la clientèle du praticien est proportionnel à sa compétence.

Les critères de sa valeur se résument en deux mots : vite et bien.

Ce sont les niveaux avancés de la formation qui apportent aux kinésiologues de l’EKMA la possibilité de faire en une consultation ce que d’autres feraient en 5.

 

8.     Comment trouve-t-on son emplacement ?

Les critères d’emplacement sont moins importants que la compétence. On peut cependant citer : ville de province ou banlieue de moyenne importance. Il suffit d’une salle de 12/15 m2 + un couloir ou une petite pièce servant de salle d’attente.

Dans les grandes villes, on trouve facilement un emplacement dans un cabinet de groupe de kinésithérapeutes ou un centre de « bien-être ».

 

 9.     Comment trouver des clients et développer sa clientèle ?

Lors de son installation, visiter et laisser ses cartes à des professionnels de la santé ouverts à d’autres approches : ostéopathes, kinésithérapeutes, naturopathes, homéopathes, diététiciens, sophrologues, acupuncteurs, pharmacies homéopathiques, magasins et coopératives « biologiques », etc.

Nous mettons à cet effet à la disposition de nos stagiaires des dépliants sur lesquels ils peuvent apposer leur cachet professionnel.

Nous leur offrons la possibilité de figurer sur notre site internet et sur la liste des praticiens adressée à toute demande de consultation.

 

 10.  Une personne formée en tant que kinésiologue pourra-t-elle vivre de sa profession ?

Oui, sans aucun doute. Les facteurs de stress ayant malheureusement tendance à se multiplier, les demandes de consultations sont  en perpétuelle augmentation.

Le constat est réel, nous manquons de praticiens vers lesquels diriger les demandes qui nous parviennent.

 

11.  Quel est le prix moyen d’une consultation ?

Le prix varie en fonction de votre ancienneté dans la profession.

Au départ, c’est de l’ordre de 45 € puis, selon la notoriété, de 60 à 70 € pour une heure de consultation en moyenne.

 

12.  Doit-on faire des déplacements chez les patients ?

En principe non, cependant quelques-uns de nos anciens élèves ont ainsi créé leur clientèle.

 

 13.  Doit-on faire des formations de temps en temps après l’installation ?

Pour satisfaire au mieux à l’exercice de la profession de kinésiologue, l’EKMA conseille à ses étudiants d’actualiser leurs acquis avec au moins un stage tous les 2 ans.

 

14.  Comment s’organise le métier ?

Trois organismes dont les dirigeants de l’EKMA sont membres co-fondateurs organisent la profession : le SNK, la FEDEK et la FFKS.

 

15.  Quelles sont les contraintes pour les kinésiologues ?

Comme dans toute profession libérale, il y a des cotisations à régler et une comptabilité à gérer.

 

16.  Y-a-t-il des possibilités de prise en charge par la formation professionnelle continue ?

Nous avons un  numéro d’existence qui nous permet de déposer des dossiers auprès de tous les organismes de formation professionnelle.